C’est un sujet qui me touche et je vois qu’on commence vraiment enfin à en parler, à la télé, sur les réseaux sociaux, à bouger pour que ça cesse. Parce qu’il faut que ça cesse. Quoiqu’il aura fallut quelques suicides pour que les gens ouvrent les yeux. Je lis beaucoup de cas « faciles » à cause de l’obésité mais il n’y a pas que pour ça. Certains étaient trop maigres alors ils se sont vengés, trop moches, trop timides, trop différents, trop riches, trop pauvres, trop gays, trop lesbiennes, trop sombres, trop colorés, trop grands ou trop petits. Dans mon cas, j’étais trop maigre (ce qui du coup à changé un peu)(beaucoup) pas jolie, pas très grande et énormément timide, une proie facile. Le point positif c’est que c’était « seulement » du harcèlement moral. Evidemment j’en parlais pas, enfin si une fois et vu les réponses j’ai renoncé. Déjà parce que je pensais que ça cesserait vite, puis dire quoi à qui? On me pousse, on m’insulte on se moque de moi, réponse « oui c’est normal c’est le collège » paroles de la CPE, tant que je ne me faisais pas taper dessus c’était normal. Si c’est normal alors.

C’est seulement du harcèlement moral

Être trop maigre, donc on te traite d’anorexique. (Alors qu’en fait, tu es juste maigre parce que tu faisais du sport et qu’a l’époque tu étais super difficile et que tu ne mangeais rien. Rien à voir avec la maladie.)

Ne pas être jolie, donc on te dit que tu es moche à longueur de temps. Moche parce que t’as des grosses joues (bah je suis anorexique ou pas du coup? faut savoir). Parce que t’as pas de jolies dents (problèmes résolu, 4 ans d’orthodontiste houra), moche parce que le sort a fait en sorte que t’as de l’acné aussi (vive l’adolescence). Parce que tu as un grand nez, tes paupières sont basses, ta bouche n’est pas assez grande… Etc etc etc etc… Une fois mon père m’a dit, avec ses mots pour me réconforter « Tu sais les filles qui étaient jolies au collège à mon époque, elles sont toutes devenues moches ». Merci papa, ça aide x’).

Tout devient stressant, l’arrivée le matin, les regards, les chuchotements qui s’accompagnent, les récréations, parfois seule, les regards encore. Traverser un couloir, se faire pousser, idem dans les escaliers, les chuchotements, se faire insulter. Se faire prendre entre quatre yeux pour entendre qu’en plus de n’avoir rien pour toi tu es nul au hand. Arrêter le hand.

Les profs aidants, oh wait. Ah non eux aussi ils rabaissaient, parce que tu es trop timide et trop nul, pas intelligente et j’en cite un « débile ». On cumule, ça n’aide pas. Et comme tous les autres, vers la fin, on essaye de rater les cours le plus possible, on ment pour des maux de ventre, des maux de tête. C’est à ce moment là que je me suis créée mes migraines.

À lire aussi Les filles du lycée

Maintenant

Est-ce-que ces gens qui « s’amusent » à faire mal réalisent l’impact qu’il y aura pour plus tard, les traces qu’ils laissent. Que ce soit par des violences physiques ou moral? Mais est-ce-qu’ils avaient conscience que ça aussi, « seulement ça » c’était du harcèlement moral? Ils en pensent quoi aujourd’hui? Et ils en penseront quoi quand ça sera leur enfant le harcelé?

7 ans après tout ça, je ne supporte toujours pas le regard, le jugement des gens, moins timide mais je me méfie toujours autant des gens. J’ai toujours de fantastiques migraines de temps à autre. J’ai réappris à aimer un peu ma ville (bon le fait d’y avoir trouver mon job parfait a beaucoup aidé) et j’essaie toujours de réapprendre à aimer ses habitants (bon c’est pas tout simple entre nous). En ce qui concerne la confiance en moi et le fait de m’aimer, on repassera plus tard. « Seulement » tout ça c’est un souvenir assez lointain maintenant.

Alors évidemment mon cas est minuscule face à ceux qui subissent des violences physiques, le racket + le harcèlement moral. Mais il faut en parler, même si on a honte, même si c’est dur, déjà pour que ça s’arrête pour soi puis pour que les « nouvelles générations » ne vivent plus ça.  Pour que ceux qui font subir ça comprennent ce qu’ils font, que ce n’est pas « amusant » (on a pas tous le même niveau d’humour). Que c’est grave et que ça bousille des mois, des années, parfois des vies. Si vous pensez être cool en méprisant et en faisant du mal aux gens vous vous trompez. Vous serez le meilleur souvenir pour un temps pour une bande de potes mais le pire souvenir à vie pour les autres. C’est quoi le mieux ? C’est quoi le pire ?.

À lire aussi 27 ans, la délivrance?


Rendez-vous sur Hellocoton !