Ce que je pense Humeurs

Être marraine

On a (presque tous) un parrain et une marraine. Mon parrain lui à clairement oublié, voir jamais appris, qu’il était mon parrain, il est pourtant celui de mon cousin, à juste rôle cette fois, sûrement une préférence envers les garçons. Par contre j’ai eu une vraie marraine, une vraie de vrai. Presque aussi bienveillante que celle dans Cendrillon. Il lui manquait juste le côté magique, et encore.

Elle a tenu, et tient encore ce rôle à merveille. Petite elle s’est trimballée un énorme éléphant en peluche, plus grand que moi à l’époque, dans la rue, le métro et le train. J’ai toujours eu une petite attention (même des grandes) et beaucoup d’amour. Une vraie tata cool. Presque aussi attentionnée que ma maman, mais avec le côté plus libre, d’une tata. Tout en m’inculquant mille et une leçon de vie.

Design sans titrenJustement, ma marraine à Rhodes

J’ai même eu la chance de connaître le gout du voyage grâce à elle. Une fois en Andalousie, puis une autre fois à Rhodes (une île Grecque). Une fois assez grande, je l’ai moi-même emmener un week-end à Londres. Déjà, pour la remercier de m’avoir appris à voyager mais aussi pour lui montrer que, toujours grâce à elle, j’étais devenue débrouillarde. C’est elle qui m’a servi de guide dans Paris. Au début, complètement apeurée, même perdue, dans cette grande ville, toutes ces rues, ces longs couloirs de métro, ce gigantesque plan de métro ! Maintenant, c’est presque de la rigolade. Je connais certaines, rues, lignes par coeur. J’ai pris de l’assurance. Avec tout ça, j’ai eu le plaisir d’organiser tout ce petit week-end Londonien, train, hôtel, métro, itinéraire. Et j’étais d’ailleurs très fière de, moi, la balader.

Sachant ce que c’était d’«être marraine», je n’avais qu’une envie, c’était moi-même d’en être une. Depuis, presque toujours je pense. J’ai attendu ça longtemps avec impatience. Ma demi-soeur a eu sa fille, mais non, ce n’était pas moi. À l’époque j’étais profondément déçue, même blessée. Mon demi-frère à eu son premier fils, puis son deuxième, j’y ai vraiment cru, mais rien. Au début de l’adolescence je pensais a une super amie, un jour, qui me ferait ce plaisir. Mais la vie m’a appris, que les amis c’était pas forcément fait pour tout le monde.

être-marraine

Quelques années se sont écoulées depuis. Presque dix. Et finalement? Vu l’éducation qui a été faite sur ma Nièce, je n’ai aucun regret de ne pas être sa marraine. Avec le recul, je pense que j’aurais été bien que trop déçue de ne pouvoir être un aussi bonne marraine, que la mienne l’a été. Pour moi, c’est un vrai rôle, ne pouvoir le faire pleinement était donc complètement inutile.

Et aujourd’hui? Ma demi-soeur attend son deuxième enfant. Nous sommes en froid. Un froid, quasiment impossible à effacer. Avec ironie ma mère m’a dit il y a quelques jours «elle serait capable de te demander d’être la marraine». Il y a encore 8 ans, je ne pensais pas dire ça, mais pourtant, la réponse serait non. L’être ne m’intéresse plus. À l’époque une marraine devait s’occuper de son filleul si les parents décédaient, aussi égoïste que ce soit, je trouve que c’est une responsabilité bien trop importante.

Si je devais me donner corps et âme dans un enfant dans les années à venir, ça serait pour le mien, même si j’admets que c’est pas prévu avant les 4 ou 5 (ou plus?) prochaines années.

9f2f9f51b3824b112eac6b32d7d9afc6Image prise du Pinterest


À lire aussi:  Avec des « Si » différents


Rendez-vous sur Hellocoton !

24 thoughts on “Être marraine”

  1. J’ai eu de très bons parrains et marraines (je les aient encore d’ailleurs), toutefois je ne me vois absolument pas en être une, égoïstement je n’aurais pas envie de m’investir plus que de raison dans la vie d’un enfant qui n’est pas le mien.
    Brrr je suis bien vindicative ce soir !

  2. Mon parrain et ma marraine ont énormément compté dans ma vie et sont encore très présents. J’ai une relation de confident avec eux et je peux toujours compter sur eux… tu as raison, c’est un rôle très important !!!!

  3. Moi c’était mes grands-parents paternels (tous les deux décédés quand j’étais petite), et ils ont très bien tenu leur rôle malgré la distance géographique 😉 Ils téléphonaient, ils sont venus à la maison quelques fois (ils n’étaient pas tout jeunes donc ils venaient quand ils pouvaient), nous on montait chez eux (quand on pouvait aussi, selon le travail de mes parents, les devoirs, mes compétitions de gym, celles d’escrime de ma soeur… puis on était 4 donc on ne voulait pas être trop envahissants non plus). Toujours très doux, très gentils et tout :))) Quand ma sœur et moi étions malades, ils téléphonaient tout le temps pour prendre des nouvelles, on recevait toujours une jolie carte pour notre anniversaire, Noël ou le nouvel an (j’ai tout gardé :P). Bref, ils était vraiment supers 🙂

    Sinon, pour tes neveux et nièces, dis-toi qu’au moins, tu n’as pas les gosses à te farcir à droite et à gauche. Perso, ça me casserait bien les pieds d’être marraine, mais comme le monde entier sait que je déteste les enfants, personne n’envisagerait même l’idée de me proposer d’être marraine lol 😛 Déjà que quand il y a des gosses dans le secteur je râle et je demande s’il y a un congélateur… alors devoir me les farcir personnellement, bof 😛
    Mais bon, je comprends que tu aies été déçue il y a quelques années, surtout avec ton expérience et ta relation avec ta marraine 🙂

  4. C’est un très bel article,
    Je n’ai pas de parrain ni de marraine mais mes parents sont très présents. Je sais pas si j’ai bien compris, mais les parrains et les marraines doivent forcément participer à l’éducation de l’enfant ? 🙂

    En tout cas, je trouve ça chouette que ta marraine est pu te transmettre le goût du voyage ! 🙂

    Bisous

  5. Ton article est très joli. Très sincère et touchant ! J’ai eu moi-même une très bonne marraine, je suis d’ailleurs la marraine de son fils cadet. Tous les jours, j’ai l’impression de ne pas être à la hauteur. Finalement, j’ai appris à me mettre moins de pression. Cet enfant, il veut juste savoir que je suis là, être heureux. Que je puisse prendre de ses nouvelles . Il sait que je n’ai pas énormément de temps, mais il sait que je suis là. Selon moi, c’est le plus important 🙂

  6. J’ai côtoyé mes parrains durant mon enfance, mais rien d’extravagant. J’ai dû les revoir 2 fois depuis que je suis maman. Je suis marraine de 2 garçon, un petit-cousin qui vit en Suisse (je suis jamais avec lui, peut-être 1 fois par an, quand il vient au Portugal, de vacance) et récemment de mon neveu. Là, c’est autre chose, je ne peux pas être avec lui tout le temps car il vit en France comme la majorité de ma famille; mais je pense toujours à lui (anniversaire, noël, etc).
    Je pense que je serais comme toi, si tu es en froid avec quelqu’un tu n’as pas à te rabaisser pour lui faire plaisir.
    Bisous

  7. Mon parrain et ma marraine, je zappe. Je suis marraine et j’aurais la responsabilité du petit et des 3 autres super cadeau ☺️. Sérieusement, marraine ou pas. Quand on aime un enfant peu importe ce que tu es sur le papier, le plus important est l’amour que tu lui portes et ce que tu lui apprend. Je suis plusieurs fois tatie et je ne fais aucune différence entre les enfants. Même s’il faut avouer le fait d’avoir été choisi en tant que marraine m’a fait plaisir surtout venant d’une amie ☺️

  8. J’ai moi aussi la chance d’avoir une super marraine (et un très bon parrain !)
    J’ai très hâte d’être la marraine du premier enfant de ma sœur.
    Je sais que j’arriverai à bien tenir ce rôle car j’ai eu un très bon exemple 🙂

    Très émouvant ton article en tout cas 🙂

  9. Je comprend ton choix.

    Moi-même le mot « marraine » ne veut rien dire pour moi étant donné que je n’en ai jamais eu une. Je n’ai pas de cousin propre : mon père est fils unique, ma mère a deux frères qui ne sont pas mariés (l’un a une vie chargé à cause de son travail, l’autre est en fauteuil roulant et nécessite des soins particuliers).

    A ma naissance, c’est donc une cousine éloignée à mon père qui a été désigné comme ma marraine. Lorsque j’étais bébé, elles venaient de temps en temps. Enfant, elle venait une fois par an pour mon anniversaire. Puis à l’âge de 9 ans, plus rien. Aucune nouvelle, aucune carte d’anniversaire ou de vœux, aucun appel… Cela fait désormais 12 ans que je n’ai plus aucune nouvelle d’elle. Eh puis, je n’ai jamais eu de relations particulière avec elle puisque enfant, je la voyait seulement une fois par an, et elle ne restait jamais bien longtemps.

    Je ne sais pas donc pas ce que c’est d’être ou d’avoir une marraine, mais une chose est certaine : j’aurais aimé mieux la connaître et qu’elle soit présente pour moi…

  10. Je comprend totalement ton ressenti, pour moi être marraine c’est vraiment beaucoup de responsabilité et pas juste une sorte de titre honorifique… J’espère quand même l’être un jour et j’espère être une marraine qui cartonne !!

  11. C’est un rôle pas évident à jouer et je n’ai pas forcément eu les meilleurs exemples (en plus on habite loin). Mais c’est ce qui justement me donne envie de le devenir et de ne pas faire les mêmes erreurs 🙂

  12. Ton article est très touchant.
    Comme toi mon parrain n’a pas réellement tenu son rôle…
    Ma marraine quant à elle est la meilleure amie de ma maman mais étant petite je la voyais que très peu car elle avait dû partir vivre à l’autre bout du pays. Maintenant adulte je suis heureuse quand je la vois, mais on a pas ce lien spécial que j’aurais aimé avoir.
    Ma grande sœur m’a choisi comme marraine, j’en ai pleuré pendant presque 30 min tellement cela m’a touché et en réalité je ne m’y attendais absolument pas.
    J’essaye d’être une marraine digne de la marraine de Cendrillon, je créé au maximum ce lien spécial que toi tu as eu la chance d’avoir avec ta marraine & j’espère que Louise le ressentira, pour l’instant elle a 3 ans et je suis « la meilleure marraine du monde » et ça me remplit de joie ! J’espère que ce compliment restera 🙂

  13. Coucou !
    C’est un très bel article que tu nous livres.
    Je ne suis pas baptisée et je n’ai donc pas de marraine/parrain, à regret, un peu c’est vrai. J’ai toujours imaginé cette relation comme tu la décris avec un lien spécial, mais malgré ça, je connais plein de gens qui n’ont plus de contacts avec leurs parrains et marraines à cause de la vie, le temps qui passe, l’éloignement…
    J’ai bizarrement reproduit la même chose avec mon fils car je ne savais pas qui choisir pour ne froisser personne. J’ai des amies très proches, mais je me voyais mal en choisir une plutôt qu’une autre et ma famille étant éclatée aux quatre coins de la France, le choix n’était pas non plus évident.
    Du coup, c’est statut quo ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *