Ce que je pense

J’ai un super-pouvoir…

Oh la la tu n’as pas de chance

Tu as la poisse !

C’est dingue comme tu n’as pas de chance

T’as la loose

Il t’arrive que des tuiles à toi, je ne sais pas comment tu fais

Ouais je sais. Merci. Comment je fais? J’ai pas le choix ! Mais expliquez-moi pourquoi les gens sortent des phrases comme ça ? Qu’est-ce qui vous passe par la tête ?

Car il est évident qu’au moment où l’on raconte un malheur, un truc triste qui est arrivé, c’est cette phrase qu’on a envie d’entendre ou de lire. Si on en est arrivé à ce blablatage de tristesse c’est qu’on sait que OUI ON A PAS DE CHANCE.

Oh puis je ne suis pas la seule à avoir deux mains gauches, qui fait souvent tomber ce qui se trouve dans mes mains. Je suis gauchère, ça n’aide peut-être pas? Je ne sais pas.

Oui je suis souvent malade, c’est comme ça «je n’ai pas de chance» bah peut-être un peu, si. J’ai toujours été -très- souvent malade, j’ai beau manger 5 fruits et légumes par jour je suis malade, me shooter à la vitamine A B C D E F …, non je tombe quand même malade. Faire du sport pour éliminer les toxines, toujours malade. Prendre de l’homéopathie en prévention ça rate je suis malade, j’ai une petite santé je suis née comme ça, même avant d’être née ça n’allait pas, d’ailleurs à la base je devais pas naître mais je suis là, prématurée, mais là -je sais pas si c’est une bonne chose-. Paraît-il que les prématurés seraient plus souvent malades, je ne sais pas si c’est vrai, en tout cas, j’en suis. Le problème de ma santé est résolu? Pas chanceuse, selon les dires, mais vivante, donc peut-être un peu chanceuse quand même non?.

Bon vos «tu n’as pas de chance» seront justes en ce qui concerne le amicalement parlant. Là ouais, y’a un truc qui cloche chez moi, j’en ai déjà parlé par , je ne sais pas ‹garder› mes amis, je ne suis pas faite pour ça? Je suis un ovni. J’en sais rien, ça coince, ce « pas de chance » là. Je peux trop rien dire contre.

«Dès que j’ai une merde dans ma vie, il suffit que je regarde la tienne et ça remet absolument tout en perspective.» Love Rosie

Je suis un être humain à peu près normal, peut-être qu’on considère que «je n’ai pas de chance» parce que j’ai besoin d’exprimer les choses négatives, les mauvais souvenirs, les mauvaises expériences, parce qu’en parler ça soulage, ça libère -oui j’ai Libérée, délivrée dans la tête maintenant, vous aussi d’ailleurs- et je ne sais pas parler des choses positives -bon aussi parce qu’en ce moment il n’y en a pas beaucoup- mais je ne voudrais pas passer pour une vantarde, car c’est souvent à ça que les jugements vont, trop de chance = on critique / malchance = pitié + papotages dans ton dos. Hm c’est cool. Tout n’est pas rose, mais il y a aussi de bonnes choses dans mon ‘malheur’, j’ai un travail que j’aime -vu la conjoncture c’est important-, j’ai fais 2-3 jolis voyages, j’ai ‘grandis’ à Disneyland, je me suis amusée comme une folle en bloguant pour Melissa Mars -et je continue encore un petit peu (quand j’ai du temps)- et j’ai diné avec Superbus.  Voilà pour ce qui est du passionnant. (Le reste, moins intéressant, de ma vie vous ennuierait profondément)

Mais qui a toujours de la chance? Il y a-t-il un humain dans ce monde éternellement chanceux? Et est-il possible de raconter nos petits malheurs sans avoir ces horribles réflexions mais plutôt du réconfort et un semblant de compréhension?

Que toutes personnes m’ayant sorti ce genre de phrases ne prennent pas cet article personnellement. 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

0 thoughts on “J’ai un super-pouvoir…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *