Je suis une grande rêveuse, je rêve beaucoup. C’est très très rare que je passe une nuit sans rêver. Je fais des rêves de toutes sortes mais je crois que je suis la meilleure pour me traumatiser rien qu’en rêvant et c’est assez récent, 2 mois que ça dure à tout casser. Bien-sur ça m’arrive de rêver sur des sujets que j’avais pu évoquer dans la journée qui précédait mais ce n’était pas des peurs, ou rarement. On dit que nos rêves reflètent, parlent, de choses qui sont en nous. C’est simple je rêve des choses qui me font peurs. Parfois on rêve d’événements qui sont déjà arrivés ou qui vont arriver. Ou parfois ni l’un ni l’autre. Quelques fois je fais des rêves vraiment perchés ! Je me demande où je vais chercher ça. Ces derniers temps par contre c’était pas vraiment cool, plutôt triste. J’ai peur de l’abandon. J’ai une trouille bleue de l’abandon. On m’a souvent abandonné, que ce soit en amour ou en amitié, mais malgré toutes la paroles rassurantes possibles, mes rêves ne cessent pas, ils empirent. Et ça va de plus en plus loin, de plus en plus marquant. Mais ça ne s’arrête pas à cette peur, ça englobe tout, quelque choses m’inquiète dans la journée, j’en rêve la nuit suivante. Jusqu’au point où je ne voulais plus dormir par peur.

Mais il parait que pour certain rêve c’est une bonne chose ! On m’a appris à analyser mes rêves, ou quand je suis dans la doute je demande à «l’analyste» en question. Dans l’interprétation de mon rêve, il y a une grosse note de positif (ouf), il parait qu’il  a des choses qui renaissent en moi (youpi). Par exemple quand vous rêvez que vous êtes enceintes c’est positif, mais ça ne veut pas dire que vous allez tomber enceinte. À l’inverse si vous rêvez que vous perdez vos dents c’est pas super positif.

C’est comme le rêve où on tombe, c’est l’un des pires celui-là, je pense qu’on l’a tous fait au moins une fois, bon, moi ça doit être 10.

Mon plus joli rêve: (attention c’est perché, mais j’y retournerais volontier), j’habitais le Château de Versailles (oui rien que ça), mais j’étais moi, Aurélie, pas Marie-Antoinette. J’étais dans une belle robe d’époque, couleur crème, j’ai donc supposé que ce rêve était dans le passé. J’étais assise au bout du lit, regardant dehors, il faisait beau et bon, ça devait être l’été. Et là, mon canon de mari arrive dans la chambre, bon je ne me souviens plus de son prénom. Il était en costume, mais pas vraiment d’époque. Il m’a parlé, de son travail, il était avocat. Et merdalors je me suis réveillée.

(Je vous assure que pendant des mois j’ai cherché mon avocat, jamais trouvé, j’ai trouvé un footeux à la place)(Je le garde :p).

Mon pire rêve : Il est assez récent et je vais le décrire sans vraiment le décrire. C’est simple c’est finalement le sujet principal de cet article, on m’abandonnait. Le rêve était bref mais dur en émotion, je ressentais vraiment tout, la douleur, le vide, la détresse. C’était horrible. Il semblait tellement réel que j’étais assez déstabilisée en me réveillant.

Mais on peut faire quoi contre nos rêves?

Être rassurée ne marche pas, j’ai été trop marqué je pense. Même si j’entends bien les paroles rassurantes il y a cette partie de moi qui se dit oui mais on ne sait jamais. On fait quoi contre nos rêves? Avons-nous un moyen de les contrôler? Doit-on en tenir compte?


À lire aussi Je voudrais un monde…

6 blogs que j’
Ma Bulle Cosmeto 
Natacha Birds
 Oh My Dexy
Les Instants de Justine
Gold and Green
Rendez-vous sur Hellocoton !