Sortir du travail, d’un magasin, d’un restaurant, lycée, ou pire du collège. Ils sortent tous le téléphone collé à l’oreille ou greffé dans la main. À leur risques et périls car ils ne sont pas forcément attentifs à ce qu’il se passe autour d’eux.

Peut-on encore marcher sans téléphone ?

Peut-on encore marcher sans telephone?

Bon d’accord, pour ma génération qui ne l’a pas fait? Même moi je le faisais. Au lycée quand j’étais au maximum du mal-être dans ma peau, que je ne supportais réellement plus le regard des autres. Les moquerie, les jugements. C’était un peu comme une arme de défense. Parfois même je n’avais personne au bout du fil, c’était pour dissuader ceux qui voulaient être désagréable de le faire.

Puis combien de fois, adulte, j’avais les écouteurs enfoncé dans les oreilles, avec de la musique, pour ignorer les remarques des gros lourds. Vous voyez de quel genre de gros lourd je parle? Toujours les mêmes, avec les compliments à deux francs six sous.

J’ai l’impression que c’est devenu comme un réflexe pour beaucoup. On sort, on prend le téléphone pour appeler ou écrire des sms ou lire je ne sais quoi. Ce que je me demande c’est pourquoi on est autant à avoir pris ce réflexe-là?

À lire aussi L’impact des réseaux sociaux sur notre vie

Puis un jour j’ai eu un déclic.

J’avais commencé à me balader les écouteurs toujours dans les oreilles mais sans musique. Un peu comme le coup du téléphone. J’avais envie d’entendre à nouveau les sons autour de moi. Déjà c’est plus sécurisant d’entendre ce qu’il se passe autour de soi. Les vélos, les piétons, les voitures. Puis réentendre des bruits comme le chant des oiseaux. Le bruit du vent, de l’eau. C’est tellement plus agréable.

Aussi c’était aussi un choix forcé, avoir de la musique forte dans les oreilles, n’aide pas pour avoir moins de migraines.

Moins sortir mon téléphone sans raison. Histoire de ne pas me le faire voler facilement aussi. Puis regarder à nouveau autour de moi. Pas juste mes pieds ou le trottoir (même si regarder le trottoir peut d’avérer utile dans certains cas). Apprendre à être moins dépendante de mon téléphone.

À lire aussi Ces choses qui rendent heureux

Peut-on encore marcher sans telephone

Pourquoi cet article ?

Car, depuis quelques semaines je ne vois que ça. Ou je ne fais attention qu’à ça. À ces troupeaux de gens tous hypnotisés par leur téléphone dans la rue. À peine le nez dehors, qu’ils sont tous absorbés par le téléphone. Comme s’il n’y avait rien d’autre à voir autour d’eux. Je n’ose pas imaginer les dégâts s’ils croisent un poteau.

Mais j’ai vu pire, si c’est possible. Une fois dans Paris, un jeune homme, écouteurs dans les oreilles qui marchait un lisant un bouquin. J’ai d’abord été étonnée qu’il puisse lire en marchant, je suis à peu près certaine que j’aurais le mal de mer et je serais incapable de garder ma ligne sans la relire 156 fois. En plus, avec des écouteurs, je suppose qu’il écoutait quelque chose, de la musique? Niveau concentration pour moi c’est fichu, lire avec un fond sonore, je serais trop tentée à chantonner la chanson. Puis après j’étais choquée. Écouteurs sur les oreilles, en train de lire un livre en marchant. Lire en marchant.

Déjà que le nez fixé sur le téléphone m’alerte un peu. Là, à part vouloir fuir le monde qui l’entour je ne vois pas autre chose. Et finalement, c’est hyper triste. Serait-ce ça le problème? Pas qu’un problème d’addiction mais chercher à fuir le monde qui nous entoure?

À voir aussi Gribouille fête Halloween + fonds d’écrans

 

Peut-on encore marcher sans telephone
Rendez-vous sur Hellocoton !