C'est dit Humeurs

Problème de génération ou personnalité ? 

Probleme-generation-personnalite

Je me sens tellement, tellement, tellement différente des trois quarts des jeunes de mon âge. De mon chéri notamment. Je me suis souvent demandée si c’était moi qui ne faisait pas partie de la bonne génération, si je n’étais pas normale, si c’était par rapport à mon éducation, ou simplement ma personnalité. Je sais que je ne suis pas la seule à penser comme ça, mais on est quand même une sacrée minorité.

51bb84b1359d053d23595b2edd593898.jpg

À l’heure où mes «amis» du lycée se sont mis à faire des fêtes pour finir complètement bourré sans autres objectifs précis, un événement est survenu dans ma famille. Alors oui, moi aussi, naïvement, comme un mouton j’ai voulu faire pareil. Loin d’être bourrée, j’ai surtout découvert que l’alcool me rendait vraiment triste, les deux pauvres soirées que j’ai passé à vouloir suivre cette mode j’ai chialé ma vie pendant des heures et des heures. Déjà, ça dégoute un peu. Aussi, voir des gars faire boire leur «pote» pour ensuite le ridiculisé. Pas compris non plus. Globalement, je ne vois pas ce qu’il y a de drôle de se bourrer la tronche à vomir après. (Oui…. Désolée)

(Boire, c’est pour cacher un mal-être, il y a donc de sérieux problème sur notre planète actuellement.)

Un cousin, éloigné, que je n’avais vu qu’une fois dans ma vie, est décédé suite à un accident de voiture, en rentrant d’une soirée beaucoup trop alcoolisé. Je n’étais donc pas proche de lui mais cet événement m’a profondément choqué. Mourir si jeune, pour l’alcool. Le fait que ma mère me regarde droit dans les yeux en me disant «ne me fais jamais ça» m’a aussi beaucoup refroidi. Bref à partir de ce moment là, l’alcool pour moi c’était terminé. (Bon, un Mijoto de temps en temps ne fait pas de mal).

À partir de ça, j’ai été une grande incomprise, j’ai eu beau m’expliquer, rien à faire. Je passais pour la fille ennuyante, la looseuse qui ne boit pas, à force, je n’étais même plus invitée aux soirées (Des amis vous dîtes? Ah non). Bref, je me suis légèrement sentie SEULE pendant plusieurs années, ça a fini par ma passé au dessus mais ça revient un peu depuis que je suis avec mon chéri.

Je pensais que cette «mode» passerait au fil des années, et bah non. Ce qui ne m’aide pas du tout, du tout. Et les (très nombreux) potes (une trentaine j’ai cru comprendre) (plus même parfois) (une grosse blague quand on sait que pour moi 2 potes c’est beaucoup) de mon chéri et mon chéri lui-même font partie de tout ça. Déjà qu’il ne me comprend pas trop. J’imagine que ses potes encore moins.

(Pour faire court, moi, fille solitaire, châtain clair, non fumeuse, non buveuse, non fêtarde, je suis tombée amoureuse d’un grand blond, fumeur, buveur, fêtard. Oui….. C’est comme ça hein)

Je suis la trouille sur patte à l’idée de passer une soirée avec cette 30aine d’humains alcoolisés (qui fument) et moi (qui ne bois pas et fume pas) (j’ai presque envie de pleurer). Je me vois terriblement en train de revivre la scène du : tous bourré et moi, la fille ennuyeuse qui ne boit pas, plus loin attendant que ça se termine.

Je mets beaucoup de temps à parler de ça aux personnes que je rencontre, par peur, évidemment, d’être jugée. Parce que non, même avec explications, ils ne comprennent pas. Ils ne comprennent pas que ça ne m’amuse pas d’être bourrée, de vomir, d’avoir des migraines le lendemain (j’en ai déjà assez sans ça), ils ne comprennent pas que je n’ai pas envie non plus à passer des soirées avec des gens comme ça, qui sont l’opposés même de moi, ce qui en fait me terrifie beaucoup. Je pense qu’entre eux et moi, je suis celle qui ne devrait pas comprendre. Non?

Mais finalement la grande question c’est : suis-je normale ?

IMG_8061.PNG


Comment je sais que les vacances sont bientôt terminées ?


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

61 thoughts on “Problème de génération ou personnalité ? ”

  1. Ne t’inquiètes pas tu es Normale haha. 😉
    Je suis comme toi, je déteste l’alcool pour une autre raison personnel mais je ne trouve pas ça drôle ou amusant ce genre de soirée. J’en ai une Samedi d’ailleurs, d’une très bonne amie mais ça n m’enchante pas d’y aller pour ces mêmes raisons.. Disons que chacun à sa personnalité, et surtout ne change pas pour « t’intégrer ». :p

  2. Hello !
    Je te comprend je suis un peu comme toi, je ne comprend pas cette « mode » de devoir se bourrer la gueule pour passer une bonne soirée…
    J’ai des amis plus vieux que moi, en général ils sont plus responsables et ils en ont marre d’oublier la moitié de leurs soirées 😉
    J’espère pour toi que tu trouveras des personnes qui partage ton avis !
    Bon courage

  3. Je te comprends tellement… ! J’ai même une connaissance qui ne doit pas boire parce qu’elle prend des médicaments mais apparemment elle est quand même incité à boire ! Incroyable ! Inimaginable ! J’ai des ex-camarades de collèges… mon Dieu… au lycée je suis retombée sur leur page FB… la photo de couv’ c’était une soirée, y’avait des bouteilles vides partout dans le salon alors qu’ils étaient peu nombreux… par chance j’ai des amis qui ont bien intégré que je suis plutôt solitaire, pas fêtarde pour un sous, et qui ne m’invitent pas !

  4. Ho je te comprends !
    Bien d’autres raisons que les tiennes ont fait que j’ai bu très tard (20 ans) sans forcément être une grande fan. Chaque fois que j’ai bu dans ma vie, ça a toujours été très raisonnable. Comme toi, les deux fois où je me suis retrouvée bourrée, j’ai pleuré et pleurniché. Pas très gai.

    Malgré ça je n’ai jamais compris l’intérêt de boire pour boire. J’ai rencontré mon compagnon il y a 4 ans (qui fume – pas moi / qui boit – pas moi). J’ai aussi senti un décalage quand j’ai commencé à passer des soirées avec ses potes. Ne pas se rappeler quoi que ce soit le lendemain, trouver trop drôle d’avoir vomi partout, être trop fière d’avoir fait une bataille de bouffe dans la maison de ses parents… J’ai toujours observé ça d’un œil perplexe. Au début ils insistaient beaucoup pour que je boive aussi mais maintenant ils s’y sont fait 🙂 Personne ne leur avait jamais tenu tête pour ça (en général ils cèdent tous à la pression de leur propre groupe « Comment ça tu bois pas ? T’es pas bien ou quoi ? » ou le « Aller ! Juste une dernière ! Tu vas pas en mourir ! ») alors que maintenant ils le respectent beaucoup plus 🙂

    Bon courage tout de même pour la rencontre ! ♥

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, je vois que je suis loin d’être la seule à penser comme ça, et ça me rassure 🙂

  5. La normalité…je ne suis même pas sûr que se torcher la gueule tout les week ends soient un symbole de normalité…

    Rassures-moi, ton homme s’est pas mis avec toi en espérant que tu le suivrais?

    Remarque tu peux participer sans te forcer sur l’alcool!! J’étais comme toi ado (encore maintenant à 30 ans) pas porté sur l’alcool mais j’arrivais à me lâcher aux quelques soirées qu’on m’invité…
    Par contre, j’espère que tu feras pas la même erreur que moi en boite de nuit: pioncer sur un canapé^^
    OU devoir séparer deux cousins germains qui commençaient à se frapper!! désolé je ne veux pas te faire peur^^

    A la limite, vas-y avec d’autres potes non-consommateurs…

  6. Ah mais de toute façon les gens ne sont jamais contents, ils auront toujours quelques choses a critiquer.
    Par contre on peut bien choisir ses amis, certes moi ça ne me dérange pas qu’ils fument et boivent (après tout c’est donnant donnant), eux ne me forcent pas à boire ni a fumer et on arrive a passer de super soirées tous ensemble 🙂

    Courage!

  7. Plus jeune j’étais comme toi.
    Au lycée quand les autres se sont mis à boire, fumer, sortir, pas moi. J’étais pas du tout dans ce délire, je vivais ma passion à fond, j’étais mal dans ma peau. Mais pas au point d’essayer de faire pareil pour rentrer dans le moule.
    En école de commerce, impossible de faire semblant d’être qqun d’autre. Alors je ne faisais pas parti des groupes « cool ». Je suis sortie avec un garçon qui avait un problème avec l’alcool. Ca calme. Pendant un temps j’ai voulu l’imiter pour me faire aimer. Mais j’ai réalisé que je n’étais pas comme ça et que je n’avais pas envie de l’être.
    Depuis que je suis dans la vie professionnelle, c’est bcp plus facile. Ce genre de choses rentre moins en ligne de compte. Mais je reste une personne qui sort peu, j’aime ça mais pas tous les soirs. Et surtout j’ai peu d’amies mais j’y tiens énormément.

  8. Comme je me reconnais étudiante dans ton article.
    Boire ne me dérange pas, mais je n’aime pas être ivre, ou alors rarement et avec des gens de confiance, des amis, des vrais.
    Sinon je ne m’amuse pas, et je deteste les lendemains.
    Du coup j’ai été assez solitaire pendant mes études… l’impression parfois de rater un truc en fait !
    Mais je me rends compte maintenant avec le recul que non, je n’ai rien raté. C’était juste pas mon truc à moi c’est tout !
    Courage, ils vont bientôt se lasser !

  9. Je pense qu’on se sent tous un peu différents des autres a un moment de notre vie et c’est normal de se poser des questions mais il faut savoir rester soi même et en accord avec ce qu’on est

  10. Je suis tombée sur ton blog par l’intermédiaire d’HelloCoton et je vais aller lire tout ce que tu proposes d’autre, parce que je me suis absolument reconnu dans ton article.
    Pour des raisons médicales depuis que je suis petite l’alcool, le tabac (et le reste…) et tous comportements on va dire « déviants » me sont prohibés et du coup dans ma tête c’est niet. Comme tu dis un Mojito de temps en temps ne fait pas de mal, mais j’ai pris « une cuite » sans le vouloir (on m’a servi et je ne surveillais pas les doses, je me suis faite avoir comme une bleue en même temps ce que je suis dans ce « milieu » là) et je me suis promise que plus jamais ça ne m’arriverait. J’ai 3 ans d’écart avec mon chéri qui est comme le tien, fétard, fumeur, énormément de copains alors que j’en ai 3-4 amies à tout casser. Et j’ai essayé une soirée avec eux une fois, je ne me suis pas sentie du tout à ma place, j’avais l’impression de faire tâche. Je lui en ai parlé et depuis je n’y vais plus. Je vois ses copains de temps en temps parce qu’ils aiment bien débarquer à l’improviste (casse ********!) Que ça soit en famille (les soirées alcolisées sont appréciées par certains membres de ma famille) ou en soirées, je me sens tellement à l’écart de ma génération également. Parfois j’ai l’impression d’être une rabat joie, incomprise qui refuse toute forme de « folie » on va dire, alors que c’est simplement pas moi, je n’aime pas ça. Et je pense que je n’y prendrai jamais goût. C’est comme ça. Donc je pense que oui toutes les personnes concernées sont normales, nous sommes juste pas en accord sur les excès des autres. Enfin je pense ! 🙂

    1. C’est ça, je suis aussi la rabat joie, ils ne comprennent pas que l’on aime pas ça, c’est dingue !
      Le truc c’est ce que ses potes ne comprennent pas pourquoi je viens pas, mon chéri lui sait que je ne vais pas aimer leur genre de soirée. Sauf qu’il ne veut pas y aller sans moi…. :/

  11. Si tu savais comme tu n’es pas seule….
    Au lycée, lorsque toutes les soirées s’enchainent et surtout en terminale lorsque tout le monde fête ses 18 ans avec des litres et des litres d’alcool, jamais je ne me suis sentie totalement à l’aise. Je ne me reconnais pas non plus dans ces soirées où le seul but semble d’être plus bourré que son voisin.
    Je n’ai jamais vécu d’évènement aussi fort que toi mais pour moi l’alcool n’a que peu d’intérêt, ou du moins en grande quantité. Un petit verre de temps en temps oui mais enchainer les shooters, passer une nuit horrible et un lendemain encore pire non merci.
    Alors même aujourd’hui en tant qu’étudiante en école de commerce, lieu privilégier pour ce genre de chose, je ne suis pas vraiment de toutes les soirées et je suis très heureuse ainsi !
    Le tout est de s’écouter et de prendre soin de soi.
    Bisous ma douce,
    Pêche
    http://www.pecheneglantine.wordpress.com

    1. Il ne faut surtout pas que tu te forces, car ton chéri il verra. J’ai essayé de faire ça, pas forcément en soirée, mais en après midi, je n’apprécie pas ses copains et leurs habitudes plus que ça, je n’ai rien contre eux, mais y’a quelque chose qui passe pas. Je lui ai dis que les croiser de temps en temps ok, mais que moi je ne viendrai pas de mon plein gré les voir, ou alors extrêmement rarement, ça doit faire 2 mois si ce n’est plus que je ne les ai pas vus tous réunis. J’ai mes moments avec mes amies, souvent seule car je suis assez casanière bien qu’à un moment la solitude commence à peser, et mes moments avec mon chéri. Mais je ne peux pas être avec eux. Surtout quand tu te sens de trop. J’ai essayé, ça se voyait à 10 000 que je préférais être ailleurs, j’étais mauvaise, je répondais sèchement et comme ça passe pas avec ses copains j’ai commencé à dire ce que je pensais (et sans forcément réfléchir sinon c’est pas drôle) et bien là je peux te dire qu’ils sont mieux quand je suis pas là. Ca me fait des moments en moins avec lui sachant qu’il les voit énormément, mais c’est comme ça.. On pourra pas se changer de toute façon. A ton copain de l’accepter et si eux ne le comprennent pas, au pire, ce n’est pas eux que tu dois « convaincre » seulement ton amoureux ! 🙂

  12. Tu es plus que normale. Et ce n’est pas une question de génération. Juste la bêtise qui va de l’adolescence à l’âge adulte. J’ai 36 ans, et déjà à mon époque c’était le cas, les buveurs vs les autres. J’aime bien mon apero mais je connais mes limites. J’ai eu une cuite dans ma vie à 17 ans, j’avais tellement honte que ça ne m’est plus arrivée 😊.

  13. Don’t worry, tu es complètement normale !
    J’ai fait partie de la team soirée alcool de mon post-bac à il y a quelques mois. Du jour au lendemain, je n’avais plus envie de tout ça, je préférais mille fois les diners entre amis avec un verre de vin plutôt qu’une soirée biture.
    J’ai eu beaucoup de mal à retourner à ces soirées avec ma bande de potes habituels qui eux en étaient toujours à ce point, je me sentais pas à ma place et je passais pour celle qui se donnait un genre.
    Depuis, je ne vais plus aux soirées ou alors j’y reste uniquement 2/3heures pas plus.

  14. Tu es tout à fait normale tkt pas :).
    Quand j’étais plus jeune je faisais beaucoup la fête, je fume et buvais de l’alcool, j’étais souvent pas mal alcoolisé (pas bien) mais je connaissais le verre de trop, donc jamais de vomissement, de trou noir ect ect et même comme ça j’avais ce jugement de  »tu ne sais pas t’amuser jusqu’au bout » euuh j’ai mes limites je les connais, je ne veux pas etre « torchon » et malade durant 2jours.
    Avec l’age et le fait de me poser dans ma vie, je ne bois plus, ou eventuellement un verre en apéro d’été avec la famille. Je ne sors plus, (bon je fume encore mais je tente d’arrêter) et bizarrement je n’ai plus « d’amis » hahahahaha.
    Bon courage à toi, et fait ce qu’il te plait, si boire ça ne te plais pas, ne te force pas, les gens doivent t’accepter telle que tu es 🙂

  15. Par où commencer.

    Je suis scotchée, je sais pas si c’est le bon mot, par ton joli texte.
    Ne t’inquiète pas tu n’as rien d’anormal. Les excès ça fini par se payer un jour ou l’autre.
    Et si tu ne te sens pas en  » phase  » sur tout avec ton conjoint, peut être qu’il y a quelque chose qui cloche.. fais attention à toi et bravo pour cet excellent texte !

  16. Coucou !
    Qu’est ce que ça veut dire être normal? On est tous différent à notre façon.
    Personnellement, j’adore faire des soirées où je bois beaucoup avec mes amis les plus proches. Je suis fêtarde mais pas régulière. J’aime faire la fête quand je sais que je suis en sécurité : soit je reste dormir sur place, soit mon mec nous ramène (donc il ne boit pas). Et dans le cas où il conduit, c’est lui qui choisit quand on part.
    Ceci dit, j’ai passé l’âge d’être bourrée tout le week-end. Je n’ai plus besoin de fuir, je n’ai plus besoin d’oublier que ma vie ne me convient pas. Si je bois, c’est parce que c’est chouette d’être un peu bourrée et d’être encore plus love que je peux l’être d’habitude. Et pourtant, personne ne viendra m’embêter si je décide d’arrêter de boire (avant le verre du drame) parce qu’ils savent que je me tiens à ce que je dis et qu’il faut pas me chercher.
    De ce que je vois, tu as peur de t’imposer face à ses amis et pourtant, tu pourrais affirmer ce que tu avances : je ne bois et c’est comme ça, et pourtant, je sais m’amuser aussi. Tu gagneras le respect et personne ne t’embêtera plus avec ça.
    Et si jamais tu fais une soirée avec eux, prépares-toi une sortie de secours 😉

    A bientôt,
    Little No’
    http://touchesdenvie.wordpress.com

  17. Je ne bois pas, je ne fume pas et je ne me drogue pas non plus et j’avoue que quand on me demande des explications sur le pourquoi ça commence à m’agacer, si la personne insiste je montre les dents (meuf asociale … ? oui lol)
    J’aime pas me retrouver dans ce genre de soirées non plus et j’esquive plutôt bien … En général je laisse les gens bourrés loin de mes chaussures (j’adore les chaussures lol) et je trouve le coin buffet ou je vais régulièrement me ravitailler, et je papote avec des gens semi-bourrés et parfois ça se passe très bien ^^
    Bref il faut juste prendre les gens comme ils sont, avec un petit coup dans le nez donc, ou complètement cuit … (c’est un peu plus dur pour avoir une conversation cependant :/)
    Et non tu n’es pas anormale, mais non ils ne sont pas normaux non plus, la normalité n’existe pas, et les gens qui te disent que tu ne l’es pas sont souvent pleins de complexes, c’est juste la vie ^^

  18. J’ai l’impression de me revoir quand j’étais plus jeune, en te lisant! J’étais (et je suis toujours) la fille qui ne boit pas, ne fume pas (qui n’osait même pas trop parler aux gens^^) et que l’on trouvait un peu bizarre parce que je n’étais pas dans cet esprit. Mais Little No a raison! N’évite pas le sujet quand on te pose la question. Fais un grand sourire et sois claire en expliquant que ce n’est pas ton truc (avec un grand sourire, ça passe toujours^^). Et n’hésite pas à essayer de passer du temps à discuter avec les gens qui t’entourent, tant qu’ils sont encore en état (après, il vaut mieux partir).

  19. Coucou ma belle, ton article me parle beaucoup. Personnellement, je bois en soirée, mais j’ai horreur d’être mal à cause de ça donc j’essaye vraiment d’éviter et surtout ça me parait inhumain de forcer quelqu’un à boire tout ça parce que c’est « cool », donc je suis complètement d’accord avec toi ! des bisous ma douce!

  20. Hello. Je suis bien plus âgée que toi mais j’ai ressenti longtemps la même chose. Moi je suis une danseuse/sportive qui ne tient pas l’alcool ( donc je m’arrête à 1 verre pour garder le contrôle de ce que je fais et je dis), je fais gaffe à ce que je mange (donc les soirées pizza Hut ou MC do , ben bof quoi) …Ma 1ère année d’école d’ingénieur j’ai essayé de m’intégrer en allant aux soirées ou je me faisais chi… au bout d’1h car j’étais là seule encore lucide. Et puis j’ai fait un stage en Irlande ou j’ai rencontré un groupe d’étudiants étrangers plus vieux que moi et là j’ai découvert des gens qui arrivaient à passer des soirées à discuter, à danser ou autres sans se bourrer la gueule. Je me suis enfin sentie appartenir à un groupe sans faire d’efforts…et je me suis dit « c’est pas moi qui ai un problème, je suis juste pas avec les bonnes personnes ». A partir de ce moment, en rentrant en France, j’ai arrêter d’aller à ces soirées et je vivais ma vie comme je l’entendais (bouffe saine, cours de danse…) ce qui m’à permis de rencontrer des gens plus en phase avec ma personnalité. Mon mari, est plus âgé que moi, tout aussi réservé et il ne bois pas une goutte d’alcool! Bref tout ça pour dire, il ne faut pas essayer d’être quelqu’un d’autre, il faut assumer sa différence et c’est la seule manière d’être heureuse!

    1. Merci pour ce beau commentaire ! C’est agréable de ne pas se sentir seule avec juste un article 🙂 Puis Je suis tellement d’accord! 🙂

  21. Sérieux ??? Tu es normale 🙂 Et tu es surtout responsable !!!!
    Moi c’est pareil, je ne bois pas et je ne fume pas, et je me souviens qu’en première année de fac, j’étais dans un groupe d’amis (très sympas d’ailleurs) qui buvaient et fumaient (pas que des cigarettes). À une soirée chez eux, on était assis en rond par terre (pas assez de chaises lol) et ils ont roulé un bon tarpé. Chacun en a pris une latte avant de le faire tourner, et quand c’est arrivé à moi, j’ai dit « non merci ». Donc l’une m’a demandé si j’étais sûre, j’ai répondu que oui, personne n’a insisté (en même temps je ne fumais déjà pas les cigarettes « normales » alors bon mdr), et pour les tournées suivantes mon voisin de droite l’a directement passé à celui de ma gauche PTDR 😉
    Bon, je les ai tous perdus de vue à cause des réorientations des uns et des autres, mais bon je les avais trouvés très bien. Ils continuaient à m’inviter, et s’ils me trouvaient ennuyeuse, ils ne me le faisaient pas sentir puisque je me sentais bien avec eux 😉

    Bref, j’espère que les amis de ton mec seront aussi compréhensifs. S’ils ne sont pas trop cons ça devrait bien se passer ! Et peut-être que la copine de l’un d’entre eux est comme toi 🙂

    1. Apparemment non, une fois il ma dit qu’elles étaient pire que les mecs 😂😂😂🙈 Il a un pote qui ne boit pas, on verra bien ! 🙂

  22. Je suis tombée sur ton article via Hellocoton et qu’est-ce que je me suis reconnue dedans !!
    Je ne bois pas, ne fume pas & ne me drogue pas. C’est un style de vie que j’ai naturellement adopté car je ne voyais pas l’intérêt de commencer ses choses et j’ai vu les dégâts que ça pouvait faire sur une personne que je connaissais. Je déteste aussi ces soirées où je suis la seule à ne pas boire et/ou fumer. Déjà, parce qu’on demande de te justifier alors que je ne vois pas pourquoi (est-ce qu’on leur demande pourquoi ils boivent ?) mais aussi parce que d’une certaine façon c’est une forme d’exclusion. Je ne comprends pas ce besoin de se mettre la tête à l’envers. Je préfère une soirée posée tranquillement où tout le monde se souvient de ce qui s’est passé le lendemain 😉
    Au plaisir de te relire !

  23. O comme je te comprends! J’ai longtemps connu ca moi aussi. Je n’ai pas touché une seule goutte d’alcool (même pas un mojito!) avant mes 21 ans, et aujourd’hui à 30 ans passés, je n’ai encore jamais pris de cuite (jamais vomi, jamais eu de trous de mémoires etc…) et pourtant sans vraies raisons. Je n’ai jamais perdu de proches à cause de l’alcool, mais comme toi je ne comprenais pas le « délire »…
    Aujourd’hui je bois une ou deux petites vodka redbull, de temps en temps. Cela me suffit à me déshiniber un peu et passer une bonne soirée. Mais ceci dit, je passe aussi d’excellentes soirée sans ca!
    Rassures-toi, tu es très normale! Mais effectivement tu ne dois pas te sentir à ta place… Et je crains que cela ne s’arrange pas, même plus tard, car encore aujourd’hui lorsque je refuse de boire à une soirée, je sens les regards en coin…
    Par contre, en ce qui concerne ton copain, qu’il ne le comprenne pas est un fait mais il devrait l’accepter. Et surtout te défendre auprès de ses amis… Non?
    Surtout ne te remets pas en question, garde tes convictions, tes choix, tes envies, tes idées!
    Des bisous 😉

    1. Il a lu mon article, a priori il me comprend. Ce qui me soulage pas mal…..
      Pour les potes on verra ça, ce sont ses potes d’enfance….. à voir….
      Et oui je ne compte pas changer 🙂
      Merci d’être passée!!

  24. Coucou,
    Lire ton article me rappelle moi lorsque j’étais jeune. (Quand j’avais 20 ans… Le temps file! ;))
    Comme toi, je ne bois pas, ne fume pas et n’ai jamais pris de cuite à presque 40 ans. Oui, oui, ça existe! 🙂
    Ca ne m’a jamais empêchée de faire la fête, même que parfois, on pense que je suis saoule, alors que non, je m’amuse comme une petite folle.
    Il m’est arrivé de me sentir complètement décalée, mais quand je vois comment les autres finissaient leur nuit, j’étais bien contente d’être « fraîche  » le lendemain. 🙂
    Surtout, ne change pour personne, reste telle que tu es, et si les autres ne te comprennent pas, eh bien, tant pis pour eux.
    Je te souhaite un excellent dimanche et t’envoie des bisous pailletés. :*

  25. C’est un très bon article que tu as écrit.
    Moi je pense que tu es tout à fait normale, tu n’as juste pas trouvé les personnes avec les mêmes intérêts que toi.
    Je n’ai jamais bu à m’en mettre mal, j’aime juste le moment où je suis un peu plus joyeuse que la normale ahah. Et mes amies, c’est pareil.
    Idem pour les boites de nuits, je ne suis pas une grande fan pour sortir tous les week ends en boîte, et pourtant ça plait à pas mal de jeunes.
    Bref, je suis sûre qu’il y a pleins de gens qui pensent comme toi (et peut-être même des personnes qui se bourrent la gueule dans les soirées où tu vas pour ne pas être rejeté et s’intégrer au groupe (on appelle ça des moutons…)).
    Au plaisir de te relire.
    Bisous
    Anaïs

  26. Oui tu es absolument normale! Moi non plus je ne comprends pas trop le délire de se bourrer la gueule et d’en avoir mal au crâne le lendemain , d’ailleurs je n’ai touché À l’alcool que récemment, je bois un verre ou deux de temps en temps mais je suis plus tolérante aux cocktails a base de jus de fruits. Hahaha. Boire pour boire ça ne m’intéresse pas trop

  27. Oui tu es normale! C’est la société qui a un problème! Les amis ne comprennent pas trop non plus quand je ne veux pas mettre 8 euros dans une boisson alcoolisée (mais à ce prix là je peux manger des sushis quoi! Haha) j’ai beaucoup de chance d’avoir des amis qui insistent pas la plupart du temps et d’avoir une personnalité assez forte que pour savoir dire« non»…

    Bisouuus

    1. Mais c’est clair quand je vois les prix je préfère mettre ça dans autre chose!
      Moi il faut que je travaille sur ma personnalité, j’ai du mal à dire non :/

  28. Alors je ne fumes pas (j’ai jamais « reussi » et j’ai pas voulu continuer pour y arriver) mais je buvais aussi. Maintenant j’ai arrêté parce que les maux de tête du lendemain sont que moyennement drole et parce que c’est SUPER CALORIQUE mais j’arrive toujours à m’amuser. Je pense qu’il ne faut pas que t’y aille en terme de « oh tout le monde va etre bourré pas drole etc » mais plutot ouverte a te lacher. Moi par exemple c’est la musique, j’adore danser donc quand ca se lance je me lache sur le dancefloor. Et puis j’aime etre entourée de mes copains ou des potes de mon mari donc bourré ou pas, on passe du bon temps. Essaye de ne pas penser à l’aspect alcool et plutot le fait d’etre ensemble! J’y pense même plus et personne n’insiste vu qu’ils voient que je m’amuse de toute façon!

  29. Tu imagines bien la réponse, après tous ces commentaires: évidemment que oui, tu es normale. Tout du moins, tu as fait un choix de vie qui est celui de beaucoup d’autres mais pas forcément dans ton entourage malheureusement.
    J’ai 37 ans et je n’ai quasiment jamais bu. Quelques Despe à 20 ans, du cidre à l’occasion, et jamais de cuite. Je n’aime pas le goût de l’alcool d’une part et je détesterais par dessus tout perdre le contrôle de moi-même et avoir un souvenir embrumé de mes soirées… La vie a plutôt bien fait son oeuvre pour moi puisque mon mari et tous nos proches ne boivent pas d’alcool (sauf un ou deux qui boivent un verre de rouge à table, c’est largement raisonnable). Du coup, on ne se sent pas décalé.
    Par contre, récemment j’ai fait un voyage avec mon entreprise et j’étais la seule à ne pas boire. Tout le monde a bien sûr été surpris et quelque peu dérouté (parce qu’en plus de ne pas boire d’alcool, je suis végétarienne, donc on me regarde vite comme un OVNI) et je crois que le pire c’est surtout la fin de soirée quand tout le monde est déchiré, dit n’importe quoi et rit de tout et de rien. Dans ces moments-là, j’essaye d’entrer dans leur jeu ou alors je me contente de regarder et de me marrer intérieurement…

  30. Hello,
    Rassure-toi, tu es tout à fait normale. Je n’ai jamais été une grande buveuse, et mes amis non plus. Dès la seconde, je me suis fait des amies au lycée avec qui on rigolait beaucoup et tout le temps. Comme quoi, on n’a pas besoin d’alcool pour s’amuser. On n’a jamais eu besoin de ça pour s’éclater.
    Je pense que tu te sens en décalage avec les gens de ton âge parce que tu n’as pas rencontré les bonnes personnes. De vrais amis ne se moqueraient pas de toi parce que tu te contentes d’un mojito à l’apéro et que tu souhaites rester sobre pour conduire 🙂

  31. Coucou !

    Petite réponse rapide d’une buveuse d’alcool 😀 j’ai une amie qui n’en bois pas, et du coup, quand on se voit, on se fait des petits trucs sympa, comme un resto ou un café apres mais jamais tard et ou je bois pas non plus comme ça on peut être dans la même mood. Du coup, je pense que tu n’as pas encore trouvé les « bons amis » qui te comprennent. Parce que pour moi, c’est pas du tout un soucis d’avoir des amis qui ne boivent pas, on se fait des sorties soft, et c’est tout aussi cool. Une bonne continuation, tu trouveras, t’inquiète !

  32. Tu as quel âge? A mon avis, tu vas faire une super trentenaire. Je suis un peu dans le même cas (alcool bof, je fume rien, pas fêtarde) et je sens que je m’épanouis pas mal dans la trentaine, ça me correspond mieux! 🙂

  33. Hello hello !
    Je suis tombée sur ton article sur HC et il a attiré mon attention. Je te rassure, tu es tout à fait normale :).
    Je me retrouve beaucoup au travers de tes mots. Je n’ai jamais compris cette nécessité pour certains de vouloir se mettre la tête à l’envers au point d’oublier ce qu’ils ont fait la veille. Je trouve que c’est une perte de contrôle qui peut s’avérer très dangereuse. Dans mon cercle « d’amis » il y en a beaucoup qui sont de gros buveurs, et j’ai moi aussi passé de looooongues soirées sans me sentir à ma place. Dès qu’il y a des jeux d’alccool ou ce genre de chose, je suis automatiquement sur la touche, parce que je trouve ça complètement stupide. Nous avons en moyenne 25/30 ans dans le groupe, mais même à cet âge là, ça continue. Du coup je me sens en total décalage ^^
    Et le plus choquant c’est dans ma famille. Si je bois un soft à l’apéro ou ne prends pas un verre de rosé ou de vin à table, je suis « sage », voir parfois « vieille ». Pourquoi coller des étiquettes à tout prix ? On est juste capables de s’amuser sans être alcoolisés ! Faisons de la résistance :p

    Je trouve que tu soulèves un sujet très intéressant avec cet article en tout cas, j’ai beaucoup aimé te lire :).
    A bientôt peut-être ! 😉
    Carine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *