Avant je voulais un enfant tôt

3 mai 2019

Avant je voulais un enfant tôt, quand j’étais plus jeune vers 15-16 ans. Je voulais, je m’imaginais maman très tôt. C’était comme ça dans ma tête et ce serait comme ça. À 19-20 ans maxi je voulais être maman.

Avant je voulais un enfant tôt

À lire aussi Pourquoi j’aime mon job?

Avant je voulais un enfant tôt

À lire aussi Les prénoms que je ne donnerais pas à mes enfants

Les 19 ans sont arrivés et il fallait que je me rende à l’évidence que ça ne serait pas pour cette année car je venais de me séparer. Et faire un enfant sans papa, au jour d’aujourd’hui c’est possible mais ce n’est pas dans ma vision des choses.

Les 20 ans sont arrivés eux aussi et j’ai commencé à travailler. Autant vous aurez compris – pour ceux qui lisent mes articles – que j’adore mon boulot. Autant certains enfants sont assez effrayants. Désolée les mamans. Ne m’insultez pas encore, merci.

Il y en a de toutes sortes des enfants. Des mignons, des attachants, des attachiants – comme dirait ma maîtresse du début d’année-. Des très mignons, des rigolos. D’autres durs, des très durs, des très très durs et des très très très durs. Qui tapent, mordent, te crachent dessus et t’insultent des plus gros noms d’oiseaux possible. Et ce sont ces 4 dernières catégories qui m’ont fait sérieusement changer d’avis.

Avant je voulais un enfant tôt

Mais…

Et oui, c’est horrible. Mais il m’est arrivé de me dire, si j’en ai un comme ça, j’en veux pas. Au secours. A l’aide. Help. Mais il est habité par satan celui-là? Il était quoi dans sa vie antérieure? Voldemort peut être?

Pourquoi il existe pas une option “choisir”. Bon j’en veux pas un parfait. Quoique. Mais je veux pas la deuxième option.

Puis arrêter de mentir les parents, les enfants c’est l’accomplissement d’une vie c’est merveilleux, les petits oiseaux sont bleus et les licornes sont roses, c’est joliiiii. Je les vois vos têtes parfois en mode “c’est trop dur” “on a fait quoi pour mériter ça” les lundis. Vous avez des cernes aussi grandes que vos joues, car vous ne dormez plus. Vous avez les yeux en “troulala” comme dirait maman, car il a fait la colère toute la nuit.

Tout bien réfléchi, je veux aussi l’option “enfant qui dort tout de suite toute la nuit”.

Il s’est passé 7 ans, 7 ans où j’ai travaillé auprès des enfants et je ne regrette pas d’avoir finalement attendu. Et d’attendre encore un peu.

À lire aussi Avoir des enfants ou avoir des chats ?

Avant je voulais un enfant tôt
Rendez-vous sur Hellocoton !

23 réponses à “Avant je voulais un enfant tôt”

  1. Je voulais un enfant avant mes 25 ans.. Mais comme toi, l’âge est arrivé et toujours pas d’enfant. Maintenant je me dis que j’ai envie de profiter un peu de ma solitude pour réaliser pleins de projets. Les enfants, ça sera pour plus tard mais pas trop tard quand même !

  2. Elisa dit :

    19-20 ans, c’est tellement jeune. J’ai eu le mien à 30 ans et il est doux et gentil…Quand ce sont nos enfants, on voit les choses différemment car il y a un amour d’une puissance inégalable qui rentre en jeu…Bien sûr, je me suis déjà demandée comment j’aurais fait avec un enfant difficile, étant donné mes soucis de santé, mais j’ai de la chance et c’est plutôt cool. Les enfants s’ils sont chiants, c’est parfois à cause des parents, parfois parce qu’ils ont un souci non-diagnostiqué, parfois simplement parce qu’ils sont chiants. C’est comme les adultes en fait mais en petit. En tout cas, tu te poses beaucoup beaucoup de questions (je te lis souvent) et parfois, ma foi, il vaut mieux ne pas autant s’en en poser. Le moment viendra s’il doit venir d’avoir des enfants ou pas.

    • laparenthesedor dit :

      Justement je me pose beaucoup de questions car avec ce que je vois tous les jours au travail je veux être sûre de prendre la bonne décision, je veux être certaine de faire au mieux et pas “regretter” et être une mauvaise mère avec un ou des petits êtres qui n’auront rien demandé. 🙂
      Donc oui je préfère me poser beaucoup de questions, chercher à y répondre pour faire mes choix 🙂

  3. Kassandra dit :

    Moi je ne voulais pas d’enfants… 😀 Et j’ai eu mon fils à 19 ans. Comme quoi.

    Aujourd’hui j’en ai 28, il en a 8 et sa petite soeur en a 5. Effectivement c’est pas tout rose tous les jours. Surtout quand ils sont petits, entre les maladies, les gardes à trouver et surtout à payer c’est la galère. Puis les petites remarques des uns et des autres, les jugements, les frustrations…

    Mais j’aime le fait de me dire que quand j’aurais 38 ans il en aura 18.

    Lui ne s’en rend pas compte apparement “Maman, t’as connu des chevaliers ?”;”Maman, t’avais de la couleur à la télé toi quand t’étais petite, ça existait la télé?” -_- #RealStory

  4. Charlotte dit :

    Je crois que quand on travaille avec les enfants, on passe par cette phase d’analyse de ce que ça implique concrètement haha 😉

  5. Nat dit :

    Coucou ma Belle,

    Tu me connais (bien) 😉 J’ai eu Manek a 33 ans et je ne regrette pas. Je pense sincèrement qu’un enfant se comporte “comme on l’élève”. Forcément il y a le caractère qui joue mais je suis persuadée que si on explique pourquoi on dit non, pourquoi il faut faire si, faire ça, qu’on laisse l’enfant faire, apprendre, se tromper, tomber, se salir, faire le fou (avec lui) etc… les choses sont bien plus simples au quotidien. Il crie dans la cuisine pendant que je fais à manger? J’organise un concours de cris avec lui et en 2 minutes on passe à autre chose 😉 Après il y a forcément des colères et des pleurs, il faut bien qu’il apprenne et découvre les émotions pour pouvoir les gérer.

    Le sommeil ben ça aussi ça dépend 🙂 mais passer du temps avec son enfant à le rassurer la nuit ça participe à la relation parent/enfant. C’est dur mais hyper gratifiant (mais dur!!). On dormira quand on sera mort comme ils disent 🙂

    J’ai très peu dormi pendant les 5 premiers mois de Manek, j’étais au bout de ma vie mais jamais je ne me suis dit “qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça”. Franchement ça vaut le coup. C’est impossible de comprendre tant qu’on ne le vit pas. Je recommencerai 10 fois si c’était à refaire (enfin je sais pas parce que la phobie de la grossesse est toujours là!)

    De toute façon on prend des conseils par-ci par là mais on apprend que sur le tas, au jour le jour en s’adaptant à l’enfant.

    Mais franchement expliquer, se servir des livres et écouter son enfant ça fait une grosse partie du travail.

    Bizous bizous

    je laisse pas souvent de commentaire mais quand j’en laisse c’est un pavé :p

    • laparenthesedor dit :

      Ho oui Nat, et d’ailleurs j’y pense souvent. Mais en observant ce que je vois au boulot, l’âge des parents jouent énormément mine de rien. J’ai remarqué que les enfants “plus posés” et ça va être dur comme terme mais “intéressants” sont des enfants dont les parents ont plus de la trentaine…

      Bon je suis désolée Nat mais moi je ne veux pas 10 enfants :p 1 ça sera bien, deux pourquoi pas xD

      Merci pour ton pavé 😀

  6. Ornella dit :

    Moi aussi je me disais que je voulais être une maman jeune, que je voulais être fraîche pour une maman complice et dynamique et joueuse avec mes enfants. Aujourd’hui, j’ai 27 ans, je suis de nouveau célibataire de mon choix. Je pense que si j’avais un enfant à 35 ans, en fait, ça irait. Mais de toute façon, ce n’est pas une fin en soi, si je n’en ai pas, c’est parce que ma vie, c’était d’être autre chose qu’une mère.

    • laparenthesedor dit :

      Mes parents m’ont eu à 34 ans il me semble, c’est peut-être pour ça aussi que je ne suis pas pressée.
      Et oui, exactement, on est pas forcément obligé d’être parent.

  7. Aurore dit :

    Ohlala mais comme je te comprend ! J’ai 28 ans et je suis animatrice depuis un peu plus de 5 ans. J’adore mon métier, j’adore les enfants mais plus ça va et plus ils sont durs je trouve, pour la plupart. Du coup je ne suis vraiment pas pressée non plus ! ^^

  8. Cyndie dit :

    C’est marrant, j’aurais répondu presque tout pareil que Nat.
    Je rajouterais juste qu’un enfant arrivera quand ça arrivera.
    J’ai toujours voulu être maman (plein de bébéééés) et arrivée à 27 ans, divorcée, célibataire, j’ai engagé des rdv pour comprendre mes problèmes de fertilité. Et pof, enceinte de mon sexfriend, actuellement conjoint ^^
    Il existe une pression autour des femmes, comme si il fallait absolument avoir des enfants. Chacune fait comme elle le sent ! Et c’est vrai, quand on voit certains gamins, ça donne pas envie…

  9. marie dit :

    Je laisse rarement de commentaire, mais je voulais nuancer celui de Nat qui dit ” Je pense sincèrement qu’un enfant se comporte “comme on l’élève”.

    J’avais aussi ce discours là pour mon premier enfant avec qui j’ai pu facilement appliquer tous mes principes, sans lever la voix. Avec qui l’éducation “bienveillante” fonctionnait à merveille, qui était un exemple de politesse et de respect des règles. Du coup, j’étais persuadée d’avoir tout compris à l’éducation et, comme toi, pensais que c’était la façon de faire des parents qui faisait qu’un enfant était facile ou non.

    Et puis j’ai eu ma fille…
    et j’ai compris avec humilité qu’il y avait aussi le facteur “chance” dans le caractère de départ des enfants.
    Tous mes principes, mes grandes théories ont volé en éclats. Il a fallu m’adapter et essayer de trouver d’autres manières de faire, avec une enfant très compliquée sur le plan émotionnel et sur laquelle aucune méthode classique ne fonctionne.
    Ma mère est psy en CMP, ma belle mère assistante maternelle donc des ressources on en avait. Et pourtant…
    Aujourd’hui, elle a quatre ans. Tout n’est pas parfait, tout n’est pas comme je le voudrais mais j’essaye de faire au mieux. Je tiens le coup en me disant que tout ce que je sème n’est pas perdu mais c’est dur, très dur.
    Il m’arrive de céder parce que je ne veux pas toujours être dans l’affrontement, elle dort avec nous car ça a été au final le seul moyen de retrouver de la sérénité en permettant à toute la famille de dormir, on fait souvent en fonction d’elle parce qu’on a aussi envie que les journées se passent bien sans que toute la famille vive dans une tension permanente,…

    L’attitude que tu adoptes en tant que maman est idéale, on voit que tu as bien réfléchi ta parentalité. Mais tu as aussi la chance d’avoir un enfant qui y est réceptif.
    Il y a des enfants avec qui on a beau expliquer, amener les choses sous forme de jeu, s’efforcer d’être toujours bienveillant, être créatif, patient,… ben ça ne fonctionne pas et c’est décourageant.
    Si en plus de cela s’ajoutent des problèmes de sommeil qui durent des mois et des mois, voire des années (et crois-moi ce n’est pas rare mais peu de parents osent en parler), les choses peuvent vite virer au burn out.

    Voilà un message un peu long (désolée !) mais je sais que beaucoup de parents galèrent, culpabilisent et n’osent pas en parler.
    Alors oui, il y a des enfants chiants de nature, même très très chiants et ce n’est pas de la faute des parents 😉

    • laparenthesedor dit :

      Pas toujours je dirais…
      Mais il y a pleins de facteurs à prendre en compte. L’éducation que les parents ont eu, celle qu’ils vont donner. puis oui, le caractère de l’enfant !

  10. Nabrisa Dias dit :

    Exactement comme toi 🙂 Une fois avoir accepté que je n’en voulais pas tout de suite de 25 à 30 ans je n’y pensais même plus trop.
    Puis maintenant ça revient, j’ai même l’impression d’être prêtre 🙂 Très heureuse d’avoir attendu, et j’attends encore mais pas de la même manière !

  11. AuroreVoyage dit :

    Les parents ont arrêté de mentir il y a un moment, ils n’hésitent plus à dire que c’est duuuuur et qu’ils dorment pas.Du coup, à 33 ans et demi, je ne suis pas encore certaine de vouloir lancer un projet bébé … Je vois surtout le négatif au lieu de tout le bonheur que ce doit être de transmettre à un tout petit.

  12. Justine dit :

    Je comprends ta vision des choses. Personnellement, en travaillant avec les petits, mon envie d’enfants ne fait que grandir, parce que tout ce que je ne trouve pas spécialement agréable chez certains, je me dis que je ferai en sorte de l’éviter pour les miens. J’essaierai de lui offrir la meilleure éducation possible et je suis sûre que je l’aimerais même dans ses plus gros défauts. Parce que ça doit être incroyable de rencontrer son enfant… 🙂

    • laparenthesedor dit :

      Oui ça doit être incroyable
      Mais il y a vraiment des terreurs. Et même si évidemment je me dis que j’essaierai d’éviter ça bah je ne peux pas en être certaine à 100% haha :p

  13. […] À lire aussi Avant je voulais un enfant tôt […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Parenthese d'Or - Tout droit réservés
%d blogueurs aiment cette page :