Le temps passe et nos envies changent

25 octobre 2019

C’est fou comme le temps change et les envies changent. Il y a tellement de choses que je voulais faire, que j’aimais faire, il y a encore quelques années. Des endroits où je voulais aller ou vivre. Et maintenant tout ça, c’est passé.

Le temps passe et nos envies changent

Le temps passe et nos envies changent

Paris

Il y a encore 5 ans je n’avais qu’une envie, vivre à Paris. J’adorais Paris, ses rues, son architecture. Toutes ces choses qu’il y avait à voir et à revoir. Les parcs, les monuments, les jolies rues. Disneyland. J’adorais prendre le métro, me balader. J’avais tellement envie d’y vivre que même l’idée d’habiter dans un appartement 19m² me semblait possible. Et sans parler du prix de ce même appartement.

Alors que maintenant, Paris me semble une envie si lointaine. Parfois mes excursions là-bas me manquent. Avant de rencontrer mon chéri j’y allais à chaque vacances scolaires, donc 5 fois par an. J’avais toujours ce pincement au coeur en partant de chez moi, mais j’avais le même quand je quittais Paris. Je n’arrivais jamais vraiment à expliquer pourquoi j’aimais autant Paris, mais j’aimais vraiment être là-bas.

Les dernières fois où j’y suis allée c’était avec mon chéri. Et c’était très différent. Il n’y avait plus cette petite magie que je trouvais dans Paris. La toute dernière fois on avait même qu’une hâte, rentrer à la maison. Ce dernier sentiment m’avait fait tout bizarre.

Les marques

Ça aussi c’était il y a quelques années. Je ne voyais plus que par le maquillage Chanel, Dior, Guerlain. Ainsi que les produits douche, les soins pour le visage etc etc. Puis j’ai découvert leur horrible secret. Les atrocités qu’ils font subir aux animaux. Ni une ni deux j’ai décidé de changer tout ça. J’ai dit adieu à toutes ces marques, adieu à l’oréal et compagnie. Adieu à a peu près toutes les marques vendues en magasins, pour que je ne fasse plus partie des gens qui tolèrent ce genre de chose. Car acheter ces marques ces tolérer la souffrance animale.

À lire aussi Le “cruelty free” à la maison

Etre maman

Quand je repense à moi quand j’avais 15 – 16 ans, je rigole. C’était une période pas facile, je trainais trop de choses que je n’avais jamais exprimé. J’étais mal dans ma peau et mal dans ma tête et je ne voulais qu’une chose. Partir de chez mes parents à 18 ans et faire un enfant dans la foulée.

Comme quoi, le temps passe, les choses changent et nos envies changent aussi. Je suis partie de chez mes parents à 26 ans. Et je n’ai aucun regret la-dessus. Ça m’a permis d’économiser de l’argent. De passer du temps avec eux en tant qu’adulte et non en tant qu’adolescente grincheuse mal dans sa peau. Dans un sens, je me suis énormément rapprochée d’eux sur les 8 dernières années. Il y a eu des passages durs et ils ont toujours été là, ils ont été merveilleux et je sais qu’il seront toujours là.

Résultat, j’ai 28 ans, toujours pas maman. Et j’avoue que je n’en ai toujours pas envie pour l’instant. Mais ça ne m’affole pas du tout. Malgré la désagréable pression autour de moi. Ça viendra quand ça viendra. Peut-être que ça me prendra à 29 ans. 30 ans ou 32. Et bien on verra à ce moment là.

À lire aussi Avant je voulais un enfant tôt

Le temps passe et nos envies changent

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Parenthese d'Or - Tout droit réservés
%d blogueurs aiment cette page :