Ne serions-nous pas un peu maso?

18 octobre 2019

J’ai eu cette réflexion assez subitement. Après avoir fait un gros tri dans mes amis facebook. Mais je vais tout expliquer, vous comprendrez mieux le comment du pourquoi.

Je gère donc la page Facebook Les aventures de Gribouille, depuis quelques temps. Et croyez-moi ce n’est pas facile de faire grandir une page facebook. C’est un marathon de partages et de demandes d’invitations. Mais voilà, la première étape étant quand même de proposer à mes fameux merveilleux amis de rejoindre l’aventure et de mettre un petit j’aime à ma page. Quelques uns ont joué le jeu. Mes parents, ma soeur, ma nièce, les parents à mon chéri, quelques collègues et 5 amis. Oui cinq. Ce qui faisait un peu moins d’une quinzaine de personnes et j’avais aux alentours de 200 amis.

Alors évidemment sur ces 200 amis, il y en a deux ou trois où je n’ai jamais osé demandé car je savais qu’ils trouveraient ça stupide et inutile. Le but de cette page étant de donner le sourire et pourquoi pas de faire rire un peu. Et non, d’ennuyer. Ensuite quelques personnes de la famille de mon chéri que je n’ose pas “démarcher” pour ça, idem de peur qu’ils trouvent ça nul et inutile. Et pour finir, le meilleur pour la fin. Je cite : ma famille. Oui car à part mes parents et ma soeur les autres ils en ont strictement rien à faire de moi.

M’enfin le résultat n’est pas top n’est-ce pas? Pourtant ce n’est pas faute de partager mes publications sur mon compte personnel. Mais alors ils sont où mes si nombreux fantastiques amis?

À lire aussi : Les réseaux sociaux : jusqu’où irons-nous?

Ne serions-nous pas un peu maso?

Ne serions-nous pas un peu maso?

Et là, ça a fait tilt. Ni une ni deux je n’ai pas perdu de temps. J’ai regardé la liste de ces “amis” qui ignoraient avec brio ma demande. Et j’ai réalisé que toutes ces personnes je ne leur avais pas parlé depuis des années. Eux aussi cela dit. Puis je suis même allée plus loin dans ma recherche. Ils n’interagissent jamais avec moi, même avec un simple petit j’aime sur une photo, rien rien.

Le constat est pire quand je réalise que je garde en “amis” des gens que je n’aime pas, qui m’ont même fait du mal pour certains. Mais pourquoi je garde ces gens là? Et surtout, pourquoi ils me gardent eux aussi? Vu qu’ils ne me parlent jamais. Pour le nombre, pour dire oh moi j’ai 200, 300, 500 ou 1000 amis sur Facebook? Parce que moi le chiffre je m’en fiche royalement. Ou alors c’est pour fouiner. Ça encore, ça ne m’intéresse que très peu.

Alors j’ai repensé à ce qu’une personne m’avait dit une fois “moi les personnes qui ne m’ont pas parlé depuis plus d’un an, je les supprime”. C’est ce que j’ai fait. Bon à part la famille car ça reste un peu délicat. Bien que je pense qu’eux me supprimeraient sans le moindre remord. Je m’attends d’ailleurs un jour à ce que l’un d’entre eux me demande qui je suis. Enfin bref, la famille épargnée il me reste 87 amis.

D’environ 200 je suis passée à 87. Et vous savez quoi? Après ça, je me suis sentie toute légère. Soulagée. Et contente.

Franchement il faut être un peu maso pour garder en “amis” des gens que l’on aime pas trop (voir pas) et/ou qui nous ont fait du mal ?

À lire aussi : Les complexes à travers les réseaux sociaux

Ne serions-nous pas un peu maso?

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 réponses à “Ne serions-nous pas un peu maso?”

  1. Un article bien d’actualité, qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

    Personnellement, je préfère garder peu de gens parmi mes contacts Facebook, car je ne cherche pas à tout prix à avoir un nombre dans une liste, pour montrer que j’ai des milliers d’amis fake. J’ai l’impression que certains font ça comme si c’était un concours ou une preuve de succès, mais ça ne signifie absolument rien.

    En plus, je pars du principe que ça ne sert à rien de garder des personnes qui ne réagissent pas à nos publications, ne nous donnent pas accès à leur fil d’actu, et à qui on ne parle jamais (réciproquement). Au bout d’un moment, je finis par les enlever de ma liste, ou eux.

    De toutes façons, les gens qui comptent vraiment, il n’y a pas besoin d’un réseau social pour rester en contact. C’est juste un moyen de plus.

    L’important, c’est la qualité des relations et pas la quantité.

    • laparenthesedor dit :

      Exactement, pour certains c’est un concours à la popularité et c’est d’un triste.
      Moi j’en ai plus beaucoup maintenant, un nombre à 2 chiffres et j’en suis fière

  2. Bonjour, je suis complètement d’accord avec cette démarche. C’est ce que j’ai fait il y a quelques années afin de retrouver un cercle avec des relations plus saines. La qualité plutôt que la quantité ! A bientôt !

  3. Rock Lemon dit :

    Vu comme ça, tu as raison il faut etre un peu maso et c’est malsain de garder en “ami” des personnes qui nous ont fais du mal ou juste pour fouiner sur dans leurs vie !!! Je pense avoir plus de 500 “ami” facebook et pourtant je me sens terriblement seul quand je vais sur facebook, simplement parce que c’est du faux, ce sont des connaissances, des personnes que j’ai rencontré lors de nombreuses sortie ou voyage à l’étranger, est ce que je les reverai ? Bien sur que non, alors pourquoi j’en ai toujours 500, je n’ai pas envie de montrer que j’existe, je ne veux pas me sentir “populaire et intérressante ” grace à mon nombre d’amis facebook la seul et unique raison c’est que j’ai la flemme de faire un tri !!!

  4. .Hello ! Cette personne a été de bon conseil,😀 car régulièrement il est bon de faire le ménage autour de soi. En réactualisant nos relations, dans le présent, et en se libérant de ce qu’elles étaient peut être dans le passé, ou dans une version idéalisée du passé….mais qui peut-être n’est plus d’actualité. il faut savoir se libérer peu à peu du passé pour plonger dans le présent et laisser de la place à toutes les surprises de l’avenir…😀..

  5. Il ne faut pas culpabiliser effet de faire parfois un peu de tri dans nos contacts sur les réseaux sociaux. Il vaut mieux avoir une petite base de soutien qu’un grand cercle d’indifférents. Tu verras que toi aussi ça te donnera envie de plus correspondre avec ton petit cercle d’amis.

  6. Magali C. dit :

    Même constat pour moi.

    Parfois, on ajoute des personnes dans sa liste, ou des personnes nous ajoutent… et en fait, on ne se parlera jamais ! Des fois même, ces personnes ne réagissent à aucune de nos publications, ou même, on ne reçoit pas leur fil d’actualité, car ils ne nous ont pas accordé le droit de les voir (c’est même limite un peu vexant de ne pas avoir “ce privilège”).

    Au final, est-ce que le nombre compte vraiment ? Je ne pense pas. Même si certains ont l’air de faire un concours, ou de croire qu’ils paraîtront plus “cools” en ayant des milliers de gens qui n’interagissent jamais avec eux.

    J’ai tendance à dire qu’il vaut mieux avoir peu d’amis, mais des vrais (comme dans la vie, en fait !), que plein de gens qui ne nous apportent rien (ou à qui on n’apporte rien). Et surtout, se débarrasser au plus vite des personnes néfastes, qui nous font perdre notre temps et notre bonne humeur !

  7. Bonsoir, je viens de lire ton article. J’étais dans le même cas de figure. Je me suis rendue compte. En faite que les gens regardaient mais qu’ils ne commentaient jamais, ni marqué de j’aime. Bon on est pas au nombre de j’aime mais l’amitié c’est un partage. Pas du voyeurisme. J’ai opté pour la même solution. Le nettoyage, de la liste des contacts et ça fait du bien. Et il faut pas hésité à recommencer. Courage à toi.

    P.S.: Désolée si je te lis pas tout le temps je suis souvent au travaille.

    Gros bisous et continue comme ça

  8. Farah dit :

    Cela fait 12 ans environ que je suis sur Facebook et si au début le principe était clairement d’avoir ses amis sur le réseau, aujourd’hui pour moi c’est plus un énorme annulaire virtuel de gens et d’entreprises, où le mot “ami” est juste synonyme de “contact”. Du coup dans la mesure où je n’attends rien d’eux en particulier je ne suis pas déçue plutôt positivement surprise quand certains vont interagir alors que je ne l’attendais pas particulièrement 😉

  9. yasmine dit :

    Je vois tout à fait ce que tu dis, j’ai lu être populaire sur Facebook c’est comme être riche au monopoly. J’avoue que si je n’avais pas le blog, j’aurais déjà fermé mon compte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Parenthese d'Or - Tout droit réservés
%d blogueurs aiment cette page :